Le mois dernier Mars 2017 Le mois prochain
L Ma Me J V S D
week 9 1 2 3 4 5
week 10 6 7 8 9 10 11 12
week 11 13 14 15 16 17 18 19
week 12 20 21 22 23 24 25 26
week 13 27 28 29 30 31

about

Success Stories

Un client de LAMBAC remporte un prix provincial:

Un pisciculteur reconnu pour 25 ans d’entreprenariat

Les eaux claires et froides de l’ile Manitoulin, voilà ce qui a d’abord attiré Mike Meeker ici. “J’ai déménagé ici pour faire de la pisciculture” explique-t-il. Il y a vingt-cinq ans, la pisciculture n’était pas une industrie ordinaire. Aujourd’hui, Meeker’s Aquaculture exporte environ 900 000 livres de truite arc-en-ciel par année et exploite également une usine de production de composte pour jardins faits à partir des résidus de poisson.

La croissance exceptionnelle de ces deux entreprises a fait de Mike et Sharon Meeker les candidats idéals une reconnaissance de 25 ans d’entreprenariat exceptionnel. Ils ont reçu cet honneur dans le cadre de l’assemblée annuelle de l’Association des Sociétés d’Aide au Développement des Collectivités de l’Ontario (ASADCO) qui célébrait, à Niagara Falls, le 25e anniversaire du programme de Développement des Communautés. Le programme de Développement des Communautés a été créé par le gouvernement fédéral il y a 25 ans pour venir en aide aux petites entreprises et au développement économique des collectivités rurales.

LAMBAC, une SADC située à Gore Bay, a proposé la candidature de Meeker’s Aquaculture et Meeker’s Magic Mix pour ce Prix de reconnaissance de 25 ans en entreprise. La Gérante de LAMBAC, Mary Nelder, considérait que l’entreprise innovatrice et florissante de Mike représentait l’exemple parfait de l’entreprise qui réussit avec succès après avoir reçu l’appui d’une SADC il y a 25 ans.

Quand Mike cherchait du financement pour démarrer son entreprise, les banques et les investisseurs se montraient sceptiques devant un projet de pisciculture. Il s’est donc adressé à la nouvelle SADC pour obtenir un prêt de la gérante de l’époque, Marg Hague. « Bien sûr, la pisciculture, à cette époque, était une nouvelle industrie partout, mais sur l’ile Manitoulin, c’était vraiment nouveau. Il était à l’avant garde dans son domaine », raconte madame Hague. Elle lui a accordé un prêt de démarrage. «  C’était, en fait, le premier chèque émis par Lambac », précise-t-elle